August 15, 2022

le soutien était moins susceptible

 de développer une dépression

  • . De même, un tel effet conjoint variait également chez les personnes âgées de régions de différents niveaux économiques. C’est-à-dire que santé les personnes âgées d’une région de niveau économique inférieur qui ont déclaré une plus grande cohésion et un soutien social étaient sujettes à la dépression. En revanche, les personnes âgées résidant dans une zone de niveau économique
  • moyen qui ont déclaré une plus grande réciprocité, un lien social et une plus grande cohésion étaient moins susceptibles de présenter des symptômes dépressifs. Pendant ce temps, les personnes âgées d’une région de niveau économique supérieur qui
  • avaient une plus grande confiance et un plus grand lien social étaient moins susceptibles de souffrir de dépression. Semblable à nos résultats, une étude précédente a également suggéré que les personnes âgées vivant dans des endroits de statut socioéconomique inférieur santé

préfèrent communiquer et interagir santé avec leurs voisins, générant ainsi une cohésion sociale plus élevée, ce qui est bon pour la prévention de la dépression [35]. En outre, en Chine, les zones pauvres sont au cœur des mesures d’aide dans le cadre de la politique nationale “réduction de la pauvreté” au cours des dernières décennies; en conséquence, les gens de ces régions peuvent obtenir de l’AIDE et du soutien de divers canaux [36]. Des études antérieures ont également conclu que les personnes âgées ayant une plus mauvaise réciprocité et un lien social avaient un risque plus élevé de dépression [6, 31, 37], mais elles n’ont pas catégorisé les personnes âgées ayant un santé niveau économique moyen, et plus de preuves sont nécessaires pour examiner l’association entre le

capital social et la dépression dans une région De même, une étude a révélé que les personnes âgées vivant dans une communauté économique plus élevée ayant santé une plus grande confiance envers les membres de la famille étaient moins susceptibles d’être déprimées [6, 38]. En examinant ces résultats, nous avons reconfirmé le rôle important du capital social dans le maintien de la santé mentale des populations âgées, ce qui est conforme aux études précédentes [6, 11] et élargit notre compréhension du rôle du capital social dans des domaines de différents niveaux économiques. Des études antérieures ont révélé que les niveaux économiques sont également importants pour la santé d’un individu, car des niveaux économiques plus élevés sont associés à une meilleure utilisation

des ressources et des installations

publiques et à un système de santé protection sociale plus sain, ce qui confère des avantages aux personnes moins susceptibles de souffrir de dépression [33, 39]. En outre, il a été constaté que certains facteurs d’une région, y compris les niveaux économiques, influencent la construction et la construction du capital social [33], et les voies qui santé relient le capital social à la santé peuvent varier selon les contextes économiques [34]. Par conséquent, lorsqu’on établit un lien entre le capital social et les résultats en matière de santé, les niveaux économiques doivent être bien pris en considération [39]. Certaines santé

  • suggestions pour prévenir l’apparition de la dépression plus tard dans la vie peuvent être fournies en santé fonction de nos résultats. Premièrement, les variations de la possession de certaines dimensions du capital social selon les niveaux économiques peuvent avoir des répercussions sur l’élaboration de programmes visant à prévenir la dépression et suggérer que ces programmes
  • devraient être compatibles avec le contexte économique d’une région. En outre, pour maximiser la fonction du capital social dans le maintien du bien-être mental, des mesures comprenant certains capitaux sociaux devraient tenir compte de l’effet
  • conjoint du capital social. Par exemple, une plus grande attention devrait être accordée au lien social et au soutien social lors de l’élaboration de mesures visant à réduire le risque de dépression chez les personnes âgées. Cependant, l’étude a plusieurs limites. Premièrement, il s’agit d’une étude santé

transversale, qui n’a pas pu fournir santé suffisamment de preuves pour établir la causalité. Deuxièmement, les sujets de cette étude n’ont été sélectionnés que dans trois villes de la province D’Anhui, et les résultats peuvent ne pas s’appliquer à d’autres régions de Chine. Troisièmement, santé il n’existe pas d’outil de mesure du capital social couramment utilisé, ce qui rend difficile la comparaison avec d’autres études. Enfin, une autre limite est que les facteurs de confusion dans cette étude n’étaient pas assez complets (p. ex., niveau économique, altération des rôles sociaux, cadre social et familial, événements de vie défavorables [7] et incapacité physique [23]). Néanmoins, cette étude a quelques points forts. Premièrement, notre étude a exploré la relation entre le capital social et la dépression gériatrique en utilisant un statut d’échantillon représentatif avec un bon taux de réponse à Anhui, en Chine. Nos résultats santé

fournissent des preuves importantes

concernant le rôle du capital social sur la dépression. Deuxièmement, l’étude a utilisé des outils d’évaluation simples, fiables et valides pour obtenir des données sur le capital social; En outre, le modèle CART a trouvé un effet conjoint du capital social sur la dépression, ce qui santé implique qu’une méthode analytique complète et complexe pourrait être utilisée pour concevoir des mesures plus précises et plus spécifiques pour réduire l’incidence de la dépression plus tard dans la vie. Conclusion La présente étude fournit des preuves sur la relation entre le capital social et la dépression gériatrique montre que le capital social est associé à la dépression. Plus précisément, dans les zones de faible niveau socioéconomique, les personnes âgées ayant de meilleurs résultats en matière de cohésion et de soutien social étaient moins susceptibles de souffrir de dépression. Pendant ce temps, dans les zones de niveau santé

économique moyen, les personnes qui avaient des scores de réciprocité et de connexion sociale plus faibles étaient plus sujettes à la dépression. Dans les régions de niveau économique plus élevé, les personnes âgées dont les scores de confiance et de lien social étaient plus élevés étaient plus susceptibles d’être en bonne santé mentale. Fond La dénutrition chez les enfants de moins de cinq ans en Inde est un problème de santé publique majeur. Malgré la croissance économique de l’Inde, le taux de mortalité infantile due à la dénutrition reste élevé dans les zones urbaines et rurales. Les études portant sur les bidonvilles urbains sont rares. Par

  • conséquent, la présente étude a été réalisée pour évaluer la prévalence et les déterminants de la dénutrition chez les enfants de moins de cinq ans au Maharashtra, en Inde. Méthode Une étude transversale communautaire a été menée dans 16 groupes choisis au hasard dans deux districts de L’État du Maharashtra, en Inde. Les données ont été recueillies dans le cadre d’une
  • enquête de maison en maison en interrogeant des mères de moins de cinq enfants. Au total, 2 929 mères et leurs 3 671 enfants de moins de cinq ans ont été couverts. Analyse de régression logistique multivariée a été réalisée pour identifier les déterminants de l’état nutritionnel des enfants séparément dans les zones urbaines et rurales. Résultat L’âge moyen des enfants était de 2,38 ans
  • (±et 1,36) et l’âge moyen des mères était de 24,25 ans (± et 6,37). La prévalence globale du retard de croissance chez les enfants de moins de cinq ans était de 45,9%, le gaspillage était de 17,1 et 35,4% les enfants présentaient une insuffisance pondérale. La prévalence du gaspillage, du retard de croissance et de l’insuffisance pondérale était plus observée dans un bidonville urbain que dans une zone rurale. Dans les zones rurales allaitement maternel exclusif (p < 0,001) et aigu