January 16, 2022

En nous fondant sur l’importance

du sexe dans les analyses antérieures

  • sur la cyberintimidation, santé nous avons ensuite examiné la prévalence des facteurs associés à la cyberintimidation stratifiés selon le statut d’immigrant et le sexe (hommes/femmes). Méthode Source de données et échantillon Cette étude a utilisé des données recueillies de janvier à décembre 2014 par L’Enquête sociale générale (ESG) de Statistique Canada, Cycle 28 sur la victimisation [41]. Le principal objectif de l’ESG sur la sécurité des Canadiens (victimisation) était de mieux comprendre
  • comment les Canadiens perçoivent la criminalité et le santé système de justice et de recueillir de l’information sur les expériences de victimisation. Dans cette veine, les sondages comprenaient des questions sur la nature et l’étendue de la victimisation des répondants, y compris les

expériences de santé cyberintimidation. Cette enquête téléphonique auprès de la population comprenait un échantillon aléatoire de personnes non institutionnalisées âgées de 15 ans et plus vivant dans les 10 provinces canadiennes. L’échantillon a été construit au moyen d’un plan d’échantillonnage complexe à plusieurs étapes afin d’obtenir une couverture représentative des ménages canadiens ayant un numéro de téléphone. Tous les ménages au Canada ayant des numéros de téléphone ont été déterminés au moyen d’une liste santé de numéros de téléphone enregistrés (numéros de ligne terrestre et de téléphone cellulaire) et d’un registre de

tous les logements dans les 10 provinces. Une fois qu’un ménage a été sélectionné et contacté par téléphone, une personne de 15 ans ou plus a été sélectionnée au hasard pour répondre à l’enquête. Un échantillon excessif d’immigrants et de jeunes a été ajouté à l’ESG de 2014 pour une analyse plus détaillée de ces groupes. Les réponses au sondage ont été obtenues au moyen d’entrevues téléphoniques assistées par ordinateur menées dans les langues officielles du Canada (français ou anglais) de son choix. Les ménages sans téléphone (environ 1% de la population cible) n’ont pas été pris en compte. Le taux de réponse était de 53%. La non-réponse totale a été traitée en ajustant le santé poids des ménages qui ont répondu à l’enquête pour compenser ceux qui n’ont pas

répondu Les non-répondants comprenaient

des personnes qui santé refusaient de participer, qui n’étaient pas joignables ou qui ne parlaient pas le français ou l’anglais. La taille de l’échantillon était de 33 127 répondants. Puisque la cyberintimidation était au centre de cette étude, nous avons ensuite exclu environ 16% des répondants qui ont déclaré ne pas utiliser internet au cours des 5 dernières années, ne pas savoir ou refuser de répondre, ainsi que < 1% des répondants qui ont refusé de répondre aux questions liées à la cyberintimidation et ceux pour lesquels le statut d’immigrant n’a pas pu être déterminé. L’échantillon analytique final comprenait 27 425 personnes. Mesure Cyber-victimisation au cours des 12 derniers mois: la Cyber-victimisation a été évaluée en fonction des réponses à une série de 5 questions demandant si, au cours des 5 dernières années, un santé répondant a déjà reçu des courriels/messages menaçants ou agressifs; des

commentaires menaçants ou agressifs dirigés contre lui par le biais de courriels/messages de groupe ou de publications sur internet; des photos embarrassantes/menaçantes santé postées d’eux; des informations embarrassantes/menaçantes postées par quelqu’un qui se fait passer pour eux; et tout autre type de cyber-harcèlement/intimidation. Si un répondant a répondu par l’affirmative à l’une de ces questions, on lui a posé une question de suivi sur la question de savoir si l’une de ces expériences s’est produite au cours des 12 derniers mois. La Cyber-victimisation a donc été construite comme une variable dichotomique définie comme toute cyber- santé

  • victimisation signalée au cours des 12 derniers mois par rapport à aucune. Statut d’Immigrant: la principale variable santé indépendante d’intérêt était le statut d’immigrant. Les répondants ont été classés comme immigrants s’ils ont déclaré être nés à l’extérieur du Canada et avoir obtenu la résidence permanente légale ou la citoyenneté. Les répondants qui n’ont pas déclaré leur résidence permanente, mais qui ont déclaré être nés à l’extérieur du Canada et avoir fourni une année santé pour leur
  • première résidence au Canada, ont également été considérés comme des immigrants, évalués comme étant susceptibles d’être arrivés au Canada en tant que demandeurs d’asile, étudiants ou travailleurs temporaires. Les facteurs explicatifs ont été déterminés à partir de la littérature et des données disponibles. Étant donné que la majorité des recherches antérieures sur la participation à la cyberintimidation ont été santé

limitées à des facteurs individuels

, Cette étude a incorporé une emphase sociale et écologique plus large, y compris l’attention portée à la façon dont les facteurs individuels, interpersonnels et de voisinage peuvent expliquer les modèles de cyber-victimisation. Les caractéristiques individuelles comprenaient le sexe (Homme vs femme), l’âge (15-24, 25-34, 35-44, 45 ans et plus), le niveau d’études (achèvement des études secondaires vs incomplet), le statut de minorité visible (minorité visible vs 45 ans et plus). Non-minorité visible) selon la définition du recensement canadien, exclut les peuples autochtones et comprend principalement les groupes suivants: Asie du Sud, Chinois, Noir, Fillipino, Amérique latine, Arabe, Asie du Sud-Est, Asie de l’Ouest, coréen et japonais, revenu annuel du ménage (moins de 20 000 V par rapport à 20 000 above ou plus), situation santé d’invalidité (toute déficience visuelle, auditive, physique, d’apprentissage,

mentale/psychologique ou autre aucun), santé et la consommation d’alcool (catégories: 5 boissons ou plus à la même occasion le mois dernier, moins de 5 boissons à la même occasion le mois dernier, s’est abstenu d’alcool le mois dernier). Les caractéristiques interpersonnelles comprenaient des antécédents de victimisation pendant l’enfance (tout abus physique ou sexuel avant l’âge de 15 ans vs. aucun), le nombre d’amis ou de parents proches (0-5 amis/parents, 6-10, plus de 10), la violence entre partenaires intimes (VPI) au cours des 5 dernières années (toute violence physique ou sexuelle par le conjoint, l’ex-conjoint ou le partenaire) et toute discrimination subie au cours des 5 dernières années (victime de toute discrimination fondée sur le sexe, l’origine ethnique/la culture, la race/la couleur de la peau, santé l’apparence physique, la religion, l’orientation sexuelle, l’âge, un handicap physique ou mental, la langue ou autre). Les caractéristiques au niveau du quartier comprenaient les points de vue des répondants sur l’accueil de leur santé

  • quartier (résider dans une communauté peu accueillante par rapport à celle qui réside dans une communauté accueillante), la discrimination dans le santé quartier (personnes attaquées dans le quartier en fonction de la couleur de peau, de l’origine ethnique ou de la religion par rapport à aucune) et la confiance dans le quartier (dichotomisée en fonction d’une variable
  • ordinale avec une confiance élevée/modérée dans les voisins en tant que catégorie de référence et une confiance faible/nulle dans les voisins en tant que catégorie d’indice) [42]. Des analyses statistiques Les statistiques descriptives ont été calculées pour toutes les variables et stratifiées séparément selon la cyber-victimisation et le statut d’immigrant. Par la suite, nous avons estimé
  • les chances de cyber-victimisation pour chaque covariable en utilisant des modèles de régression logistique non ajustés et en appliquant des poids d’échantillonnage Bootstrap pour tenir santé compte de la complexité de la conception de l’enquête et produire des estimations représentatives à l’échelle nationale.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *